<-- -->

Ministère du Tourisme, du Transport Aérien, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale

Secrétariat d’Etat chargé de l’Artisanat et de l’Economie Sociale

Vision 2015 +A   A   -A

La vision 2015 pour le développement de l’artisanat : une stratégie orientée vers l’avenir.

 

Trois grandes orientations  sous-tendent la nouvelle stratégie nationale de développement du secteur de l’artisanat. S’inscrivant dans une approche volontariste de l’Etat, la stratégie vise en premier lieu la création d’emplois additionnels pour absorber une partie des chômeurs et leur permettre l’accès à une vie digne. Cette orientation est indissociable de deux autres, celle de réhabiliter le secteur en tant que vecteur de développement économique et social, et celle du changement du rôle de l’administration, appelée à passer d’une administration de gestion à une administration de développement. Une administration qui tient la barre mais ne rame pas, autrement dit, qui établit les orientations stratégiques, assure la supervision et l’encadrement, confiant la mise en œuvre aux différents acteurs du secteur. Les leviers qui ont été actionnés pour le développement du secteur  concernent :

 

Le développement d’un tissu de production fort et structuré.

 

Il va sans dire que la rentabilité du secteur est étroitement liée à sa capacité à générer des chiffres d’affaires suffisants, sans lesquels il serait vain de s’attendre à ce qu’il contribue à la création d’emplois. La demande potentielle du produit de l’artisanat marocain, particulièrement l’artisanat à contenu culturel, identifiée comme forte par l’analyse synthétique du marché. Celui-ci a servi de base à ladite stratégie, exigeait en effet une massification de la production et une adaptation du produit aux segments ciblés du marché, à savoir la clientèle moderne des grandes agglomérations nationales et  européennes. Or, le tissu productif tel qu’il existait en 2006 n’était guère en mesure de répondre à ces deux critères.

 

La Vision 2015 a ainsi fait du développement du tissu productif et de sa structuration une priorité. Les moyens choisis pour y parvenir consistaient à :

 

Déployer les moyens nécessaires pour permettre l’émergence d’acteurs d’envergure, capables de produire en volume et en qualité suffisants pour satisfaire cette demande, de dynamiser le secteur, d’en augmenter le chiffre d’affaires et de pénétrer les réseaux modernes de distribution à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Ils doivent ainsi servir de locomotive pour le secteur, d’exemple de sa capacité à se moderniser et à se positionner parmi les secteurs prometteurs de l’économie nationale. La sélection d’un premier nombre d’acteurs en fonction de leur aptitude financière, de leur capacité de produire en volume et en qualité et en fonction de la qualité de leur gestion, a donné lieu à la signature, entre eux et l’Etat, des contrats de croissance précisant les obligations des deux parties : l’obligation des résultats chiffrés pour les opérateurs sélectionnés et du soutien à la production et à la commercialisation pour l’Etat. 

Œuvrer, parallèlement, pour élargir le tissu de production en vue de pérenniser et accroitre la demande que seuls, les acteurs d’envergure seraient incapables de satisfaire, vu son ampleur et sa diversité. L’Etat s’engage ainsi à aider au développement des PME opérant dans le secteur et à la création de nouvelles, en leur apportant l’appui nécessaire, sous forme de prestations gratuites ou subventionnées en matière d’aide à la production, à la vente et au financement, dans la perspective d’avoir un nombre important de PME structurées, avec une taille suffisante pour produire en volume. 

Revaloriser les mono artisans, dont le rôle est considérable dans le développement du secteur en tant que producteurs pour le marché, fournisseurs pour les entreprises structurées et en tant que vivier pour les entreprises de demain, et ce en les accompagnants pour relever leur productivité et améliorer la qualité de leurs produits.

La promotion et la commercialisation du produit artisanal
 
Il ne suffit pas d’accroître la production pour générer des chiffres d’affaires additionnels, il faut aussi accroître les achats de produits artisanaux marocains sur les marchés intérieur et extérieur. C’est pourquoi la Vision 2015 a fait de la promotion et de la commercialisation un outil principal pour le développement de l’artisanat et un pilier de l’action du Ministère en la matière. Un établissement public, la Maison de l’Artisan, est dédié à la promotion et à l’aide à la commercialisation. 
 
La promotion :
Stimuler la demande des produits de l’artisanat marocain dans le contexte concurrentiel d’aujourd’hui nécessite des efforts importants pour obtenir un impact sur les perceptions et les décisions des consommateurs et de créer un changement dans le comportement de consommation des clients en faveur de ces produits. Pour ce faire, la stratégie mise sur une politique visant à construire une image d’excellence de l’artisanat marocain auprès des marchés cibles et à accroître la visibilité des produits artisanaux sur ces marchés.
La commercialisation :
L’augmentation du chiffre d’affaires du secteur passe aussi par la distribution et la vente des produits. L’une des difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises marocaines étant la pénétration des réseaux de distribution modernes, à l’étranger notamment, dont le rôle est central pour atteindre les consommateurs.
La stratégie de développement du secteur s’est fixée d’autres priorités qui consistent à introduire les produits artisanaux dans les
réseaux de distribution modernes, à prospecter de nouveaux réseaux de vente pour ces produits, notamment à l’international, à appuyer les PME dans la connaissance des marchés, des comportements des consommateurs cibles et des contextes concurrentiels, à œuvrer pour la mise en relation des producteurs/fournisseurs des produits artisanaux avec les canaux de distributions nationaux et internationaux.
D’autres actions d’aide à la distribution et à la vente sont menées au profit des mono artisans, notamment l’accroissement du trafic commercial, l’élargissement des puis des contacts avec les clients et la facilitation de la transaction d’achat.
Ces orientations doivent aboutir à des résultats exprimés en objectifs chiffrés et qui constituent un tableau de bord pour le secteur à l’horizon 2015.
 
Objectifs chiffrés à l’horizon 2015
 
- Doubler le chiffre d’affaires de l’artisanat à fort contenu culturel;
- Générer 4 milliards de dirhams de PIB supplémentaire;
- Multiplier par 10 les exportations formelles;
- Passer à 300 entreprises dont 15 à 20 acteurs de référence;
- Créer 115 000 emplois additionnels;
- Atteindre 60 000 lauréats de la formation professionnelle;
- Atteindre 15 000 à 17 000 TPE.
 
Axes de développement selon la chaîne de valeur
  


 

Téléchargements

 Vision 2015 de l’Artisanat à Fort Contenu Culturel :Bilan 2007-2015 

Stratégie

Document PDF Synthèse de la stratégie nationale de l'artisanat
Document PDF Présentation de la stratégie nationale de l'artisanat
Contrat programme
Document PDF Contrat programme 2006-2015

Comités de pilotage

Document PDF Synthèse du comité de pilotage 2013 en français
Document PDF Synthèse du comité de pilotage 2010 en Francais
Version complète du Comité de pilotage 2010 en Arabe
Document PDF Synthèse du comité de pilotage 2009 en Francais
Version complète du Comité de pilotage 2009 en Arabe
Document PDF Synthèse du comité de pilotage 2008 en Francais
Version complète du Comité de pilotage 2008 en Arabe


Madame la Secrétaire d'Etat
Vous êtes :

Zoom sur
Label national de l'artisanat du Maroc : Naissance d’une marque d’excellence...
Newsletter

Ministère de l'Artisanat newsletter

S'abonner à la newsletter

Syndiquer le contenu
Site Web BATHA
Formation dans les Métiers de l'Artisanat - CFQMA Batha - Fès
Mots clés :

Votre navigateur est obsolte ou encore ne supporte pas le HTML5 !