Mme El Moussalli préside à Agadir une conférence sur le marketing en ligne

La secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Jamila El Moussali, a indiqué, mardi à Agadir, que la demande est en évolution sur les produits de l’économie sociale, un secteur qui nécessite un accompagnement en vue de créer la valeur ajoutée en termes d’emploi et de richesse.

Dans une déclaration à la presse, en marge d’une conférence sur le marketing en ligne, organisée dans le cadre du Salon national de l’économie sociale et solidaire (ESS), Mme El Moussali, a souligné que son département veille à assurer l’accompagnement nécessaire tant pour promouvoir l’emploi et la richesse que pour encourager la stabilité sociale aux acteurs du secteur.

Ce 7ème Salon du genre qui a ouvert ses portes en fin de semaine dernière, en présence notamment du Chef du gouvernement, Saadeddine El Othmani, et du ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid, réunit près de 600 coopératives et 40 exposants internationaux.

Pour la secrétaire d’Etat chargée de l’Artisanat et de l’Économie sociale, la commercialisation réussie passe par la valorisation du produit dans le cadre d’un processus de mise en valeur qui permet de stimuler les ventes, ajoutant qu’outre ses objectifs socio-économiques, le secteur tend aussi à améliorer les capacités des adhérents des coopératives, dont le nombre est en constante évolution au Maroc avec une moyenne de 30 pc.

Le Maroc compte aujourd’hui quelque 20.000 coopératives comptant 600.000 adhérents, dont 600 issus des quatre coins du Maroc sont représentés au Salon national à Agadir, a-t-elle ajouté relevant l’importance des ateliers et conférences au programme qui permettent de les accompagner dans leur dynamique de croissance.

Organisée en partenariat avec le Groupe OCP, la conférence sur « La vente en ligne au service de l’économie sociale et solidaire » met l’accent sur les expériences de vente par internet des produits de l’artisanat marocain et autres articles de l’ESS, aussi bien au niveau national qu’international, et les avantages des nouvelles technologies d’information dans ce domaine.

Parmi les expériences présentées figurent celle de la coopérative Anou (puits d’eau en amazigh) qui tend, à travers le recours à Internet, à éliminer les intermédiaires pour que les articles de l’artisanat marocain passe directement du producteur au consommateur.

Cette coopérative permet aujourd’hui à 950 artisans, issus de 180 coopératives de différentes régions du Maroc, de vendre directement aux clients leurs produits authentiques, générant de l’emploi et des revenus aux artisans.

Etalé sur une superficie de près de 12.000 m2 à la place Al Amal, au cœur de la capitale du Souss, le Salon national de l’ESS se tient jusqu’au 18 novembre, sous le thème de « l’ESS, défi à relever pour un développement territorial inclusif ». Il connait une présence importante aussi des partenaires du secteur, particulièrement les banques.

Des ateliers de formation sur la gouvernance, la sécurité sanitaire, le renforcement des compétences et le leadership des acteurs du secteur sont notamment au programme de ce rendez-vous annuel.

Visite par Mme. Jamila El Moussali des stands du Salon national de l’économie sociale et solidaire

Visite des stands par Mme. Jamila El Moussali : La Secrétaire d’Etat, chargée de l’artisanat et de l’économie sociale a partagé avec les 600 exposants sa satisfaction des produits du terroir commercialisés lors de cette 7ème édition du Salon National de l’Economie Sociale et Solidaire.

Ouverture à Casablanca de la 6ème édition du Salon Professionnel de l’artisanat « Minyadina »

Le 6ème Salon Professionnel de l’artisanat « Minyadina » a ouvert ses portes, mercredi, à la à la Foire Internationale de Casablanca, avec la participation de plus de 90 exposants.

Organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce Salon de l’art de vivre à la marocaine ambitionne de se positionner en tant que rendez-vous annuel incontournable pour les entreprises d’artisanat, les coopératives structurées et les professionnels du secteur et de renforcer l’image de l’artisanat marocain sur le plan international.

Donnant le coup d’envoi de cette manifestation, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid, a fait savoir que ce Salon a pour objectif de contribuer à la promotion du secteur et la valorisation du produit traditionnel marocain et permettra de créer les conditions favorables aux rencontres entre opérateurs nationaux et étrangers pour la concrétisation des opportunités d’affaire dans le secteur de l’artisanat marocain.

Se félicitant de l’évolution importante enregistrée dans ce secteur avec une forte présence des jeunes qui ne cessent d’investir le domaine de l’artisanat, M.Sajid a salué l’engagement de l’Académie des beaux-arts et de l’Académie des arts traditionnels de Casablanca, dont les lauréats ont lancé leurs propres entreprises opérant dans ce secteur extrêmement prometteur et employeur.

Pour sa part, la secrétaire d’Etat chargée de l’artisanat et de l’économie sociale, Jamila El Moussali, a affirmé que la particularité de cette manifestation, qui souffle sa 6ème bougie, réside en le professionnalisme des participants dont des entreprises et des coopératives structurées, qui offrent le cadre opportun pour le développement et la promotion de l’artisanat national dans la perspective de renforcer les opérations d’exportation vers différents marchés internationaux.

Elle a, également, souligné l’importance d’organiser des rendez-vous professionnels pareils, qui visent principalement à encourager l’artisan afin qu’il puisse intégrer le marché structuré à travers des entreprises structurées opérant dans ce secteur, saluant, par la même occasion, la forte présence de la femme dans ce Salon, qui a réussi à développer ses produits et à agir dans le cadre d’entreprises ou de coopératives artisanales.

Plus de 10.000 visiteurs sont attendus pour cette édition pour découvrir des produits représentant toutes les filières du secteur de l’artisanat allant de la poterie, la vannerie, la céramique, la dinanderie, le cuir, aux articles de cadeaux, de la décoration et accessoires de maison, de l’ameublement et des Arts de la table, du tissage, de la bijouterie, de l’habillement et ses accessoires, de l’architecture traditionnelle (Zellige, plâtre, tadellakt, sculpture de Bois, verrerie…), en passant par les produits du terroir à base essentiellement, d’huile d’Argan et de produit naturels locaux.

Étendu sur une superficie de 5000 m², le Salon, dont les nouveautés demeurent, cette année, la mise en place d’un  »Espace Design » et l’allocation d’un espace à l’artisanat solidaire, sera marqué par l’organisation de conférences trait de l’artisanat.

Organisé par le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale, en partenariat avec la Maison de l’Artisan et la Fédération des entreprises de l’artisanat jusqu’au 4 novembre, ce Salon a pour ambition d’être une véritable vitrine du savoir-faire marocain en matière d’art de vivre.

Mme El Mossali: La Foire nationale de l’artisanat de Marrakech servira de pont entre les différentes cultures du monde

La Foire nationale de l’artisanat, prévue en février prochain à Marrakech avec la participation de plus de 1.200 artisans, servira de pont entre les différentes cultures du monde, a affirmé lundi à Santa Cruz de Tenerife, la secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Jamila El Mossali.

La responsable marocaine s’exprimait ainsi lors d’une conférence de presse conjointe avec le président du Cabildo de Tenerife, Carlos Alonso Rodriguez, et la conseillère régionale chargée des relations extérieures, Délia Herrera, en marge de la 5ème Foire tricontinentale de l’artisanat de Tenerife, à laquelle le Maroc participe avec un pavillon représentant les douze régions du Royaume.

Mme El Mossali a, à cet égard, indiqué qu’elle a invité les autorités canariennes à participer avec force à la foire de Marrakech, une grande manifestation qui rend hommage au savoir faire ancestrale du Maroc et des pays invités.

Elle a, en outre, souligné que l’artisanat constitue une richesse humaine et un pont pour rapprocher les peuples et les cultures, d’où la nécessité de préserver ce secteur et de le développer, mettant en avant l’importance de l’artisanat et sa contribution à l’économie de par le monde, notamment au Maroc où le secteur emploie 20% de la population active.

La secrétaire d’État a, par ailleurs, réitéré la volonté du Royaume de renforcer ses relations de coopération avec les îles Canaries, dans le sillage de l’excellence des liens unissant le Maroc et l’Espagne.

Mme El Mossali a rappelé, à cet égard, les différents accords signés entre des régions marocaines et canariennes, notant que la proximité géographique doit contribuer à davantage de rapprochement.

Elle a, en ce sens, mis en avant l’importance la ligne maritime prévue entre Agadir et l’île de Tenerife, un projet très important dans la mesure où il permettra de faciliter les échanges entre les deux régions.

De son côté, le président du Cabildo de Tenerife s’est félicité des relations distinguées entre le Maroc et les différentes régions espagnoles, notant que le développement de l’archipel dépend aussi du développement de son voisinage immédiat.

Il a appelé à fournir davantage d’efforts et à saisir toutes les opportunités qui s’offrent en vue d’une coopération plus accrue et mutuellement avantageuse entre le Royaume et l’archipel canarien.

Le Maroc est représenté à la 5ème Foire tricontinentale de Tenerife, organisée tout les deux ans à l’initiative du Cabildo de l’île, par une dizaine de stands représentants les 12 régions du Royaume et les différents métiers de l’artisanat national.

La Foire tricontinentale de l’artisanat de Tenerife, aménagée sur une superficie de 12.000m2, rend hommage cette année à la Turquie, la Colombie et au Cap Vert.

Mme El Mossali s’entretient à Tenerife avec plusieurs responsables canariens

La secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Jamila El Mossalli, a eu, lundi à Santa Cruz de Tenerife, des entretiens avec plusieurs responsables canariens ayant porté sur les moyens de renforcer les relations de coopération entre le Royaume et les îles Canaries dans différents domaines.

Mme El Mossali s’est réunie ainsi avec le président du Cabildo de Tenerife, Carlos Alonso Rodriguez, le vice-ministre régional chargé de l’action extérieure du gouvernement des îles Canaries, Luis Padilla, et la présidente du parlement régional, Carolina Darias San Sebastián.

Lors de ces entretiens, qui se sont déroulés en présence notamment du consul du Royaume à Las Palmas Ahmed Moussa, un accent particulier a été mis sur les moyens à même de donner une nouvelle impulsion aux relations entre le Maroc et l’archipel canarien notamment dans les domaines de l’artisanat, du transport maritime et de promotion de la situation de la femme.

Dans une déclaration à la MAP au terme de ces rencontres, Mme El Mossali a qualifié de « fructueuses » ses discussions avec les différents responsables canariens, notant que ses interlocuteurs ont fait part de leur volonté d’aller de l’avant dans le raffermissement des relations avec le Maroc.

Ces entrevues ont été l’occasion également de souligner la profondeur des liens unissant le Royaume aux îles Canaries et plus particulièrement à Tenerife, à la faveur des d’accords de coopération entre les deux parties touchant aux secteurs de l’artisanat, du tourisme et du transport aérien et maritime, a poursuivi Mme El Mossali.

Ils ont aussi souligné l’importance des relations de voisinage avec le Maroc et de son rôle en tant que partenaire essentiel aux niveaux politique et économique, a-t-elle dit.

De son côté, M. Padilla a indiqué que le Royaume est une priorité pour les Canaries, faisant part de la volonté du gouvernement régional d’approfondir ses relations avec le Maroc.

Les deux parties partagent nombre de défis d’où la nécessité de travailler ensemble et d’accroître les échanges pour les relever de la manière la plus efficiente, a-t-il dit, notant que la visite de Mme Mossali et celle effectuée dernièrement par la secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur aux Canaries s’inscrivent dans cette dynamique.

La participation du Maroc à la 5ème Foire tricontinentale de l’artisanat de Tenerife permet de mettre en avant « l’énorme potentiel et la richesse » du Royaume dans ce domaine, mais aussi de profiter de l’occasion pour impulser d’autres initiatives dans différents domaines, a ajouté le responsable régional.

Pour sa part, la présidente du parlement des Canaries a indiqué que ces entretiens avec la responsable marocaine ont porté sur la situation de la femme et les progrès réalisés en la matière au Maroc et en Espagne.

Mme El Mossali inaugure le pavillon marocain à la 5ème Foire tricontinentale de l’artisanat de Tenerife

La secrétaire d’Etat chargée de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Jamila El Mossali, a inauguré, samedi, le pavillon marocain à la 5ème Foire tricontinentale de l’artisanat de Tenerife (îles Canaries), qui se tient du 27 octobre au 4 novembre avec la participation de plus de 200 artisans en provenance d’une trentaine de pays d’Europe, d’Amérique latine et d’Afrique.

Mme El Mossali, qui était accompagnée notamment du président du Cabildo (gouvernement insulaire) de Tenerife, Carlos Enrique Alonso, et de la conseillère (ministre régionale) aux relations extérieures du Cabildo, Delia Herrera, a effectué une tournée dans les différents stands marocains aménagés au sein du pavillon du Royaume.

Le Maroc est représenté à cette événement, organisé tout les deux ans à l’initiative du Cabildo de Tenerife, par une dizaine de stands représentants les 12 régions du Royaume et les différents métiers de l’artisanat national.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, Mme El Mossali a souligné l’importance de la participation marocaine à cette foire internationale, faisant observer que l’artisanat marocain est devenu, grâce aux efforts fournis par tous les intervenants notamment les artisans et le ministère en charge du secteur, un produit mondialement reconnu.

Pour le Maroc, ces produits représentent l’histoire, la culture et la civilisation marocaines et sont considérés comme moyen de transmission de cette civilisation millénaire aux multiples affluents et de l’art de vivre marocain, a-t-elle relevé.

Pour sa part, le président du Cabildo de Tenerife, a relevé que le Maroc a toujours répondu présent à cette foire depuis sa première édition pour présenter le meilleur de son artisanat, ajoutant qu’un grand nombre d’artisans marocains participent cette année à cet événement pour exposer leur savoir faire ancestral et la richesse de leurs métiers.

Il a qualifié les relations entre le Maroc et les îles Canaries d’excellentes, à la faveur notamment des nombreux projets mis en place, notamment la liaison aérienne entre des villes marocaines et canariennes et le projet de liaison maritime entre Agadir et Tenerife.

De son côté, Mme Herrera s’est félicitée de voir le Maroc, « pays très apprécié et très proche » des Canaries, prendre part de nouveau à cette foire, notant que l’archipel et le Royaume sont unis par nombre de projets notamment avec la région d’Agadir.

Elle a fait part, à cet égard, de la volonté du gouvernement insulaire de continuer à œuvrer pour davantage de rapprochement entre les deux parties, notant que la participation de Mme El Mossali à l’ouverture officielle de la 5ème Foire tricontinentale de l’artisanat met en avant ce rapprochement entre le Maroc et les îles Canaries.

Aménagée sur une superficie de 12.000m2, la foire met en honneur cette année l’artisanat de trois pays, à savoir la Turquie en représentation de l’Europe, la Colombie pour l’Amérique latine et le Cap Vert en représentation de l’Afrique.

Le programme de cette édition comprend une série d’activités, notamment des rencontres culturelles, des spectacles de musique, des défilés de mode et des dégustations culinaires.

Selon les organisateurs, la sélection des participants tient compte, entre autres du professionnalisme des artisans, la qualité de leurs produits, leur participation à des foires nationales et internationales et les distinctions reçues.

Cette foire a pour objectifs de promouvoir et faire connaître l’artisanat des deux côtés de l’Atlantique, érigeant Tenerife en passerelle interculturelle entre les peuples afro-américains, africains et européens

Mme Moussalli souligne à Saint-Domingue le rôle majeur de l’artisanat dans le développement socio-économique

La secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Jamila El Moussalli, a souligné, jeudi) 31/08/2018 ( à Saint-Domingue, en République dominicaine, le rôle majeur de l’artisanat et de l’économie sociale dans la promotion du tourisme et le développement socio-économique du pays.

Intervenant lors de la 17è rencontre régionale sur le développement et le tourisme, organisée dans le cadre des Forums politique et parlementaire organisés par le Parlement d’Amérique centrale (Parlacen), Mme El Moussalli a mis en relief la contribution du secteur de l’artisanat au Maroc, comme étant un patrimoine immatériel riche et varié, à la préservation de l’identité nationale authentique, la promotion du secteur touristique, la création d’emplois et l’augmentation des exportations.

Fort de sa diversité, de sa richesse et de sa qualité authentique comme expression du patrimoine culturel, l’artisanat marocain est un secteur socio-économique parmi les plus productifs et générateurs d’emplois, a-t-elle souligné, précisant que le secteur emploie 20% de la population active marocaine, soit environ 2,3 millions de personnes.

Mme Elle El Moussalli a mis l’accent dans ce cadre sur le rôle de l’artisanat dans la préservation de l’identité marocaine tout en ayant un rôle primordial dans le développement économique, la promotion de la culture et le rayonnement de la civilisation, passant en revue les grandes lignes de la nouvelle stratégie de développement du secteur de l’artisanat marocain qui couvre toutes les composantes du secteur.

Cette stratégie, a-t-elle expliqué, vise l’amélioration de la qualité et de l’attractivité des produits, le développement du tissu des entreprises, l’amélioration des chaînes des valeurs des filières de l’artisanat, le développement des mécanismes de financement et l’amélioration des conditions de travail et de vie des artisans.

Abordant l’importance de la formation professionnelle pour la promotion du secteur, la secrétaire d’Etat a indiqué que le secteur de l’artisanat au Maroc a vu naître plusieurs initiatives visant la modernisation et la diversification des méthodes de transmission et d’apprentissage des métiers d’artisans.

S’agissant des exportations du secteur, Mme El Mossalli a noté que les efforts soutenus consentis par le Maroc à ce sujet sont à l’origine du bilan positif dans la mesure où les exportations ont dépassé 650 MDH en 2017, soit une hausse de 32% par rapport à celles de 2016, indiquant que l’artisanat contribue à hauteur de 9% au PIB du Maroc.

La secrétaire d’Etat a, par ailleurs, souligné que les secteurs de l’artisanat et de l’économie sociale contribuent considérablement à l’intégration des femmes dans la vie active, faisant savoir que les femmes représentent 54% de tous les membres des coopératives engagées dans des activités d’artisanat.

Mme El Moussalli avait eu, dans le cadre de son séjour en République Dominicaine, des entretiens avec des responsables dominicains, axés sur les moyens de renforcer les relations bilatérales et de consolider la coopération dans les domaines de l’artisanat et de l’économie sociale et effectué une visite à des projets locaux d’artisanat, dont la coopérative des artisans « Cenadarte », le centre national de l’artisanat et l’organisation des femmes « Cayena ».

Mme El Mossalli visite à Saint-Domingue une coopérative et des projets d’artisanat

La secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Jamila El Mossalli, a effectué, mercredi) 29/08/2018(, une visite à des projets d’artisanat à Saint-Domingue, dont la coopérative des artisans « Cenadarte », le centre national de l’artisanat et l’organisation des femmes « Cayena ».
Cette visite aux projets d’artisanat dominicains, qui intervient en marge de la participation de Mme El Mossalli aux Forums politiques et parlementaires organisés par le Parlement d’Amérique centrale (Parlacen), est une occasion pour faire connaitre les produits des artisans locaux et les programmes de formation en artisanat afin de faire perpétuer ces métiers créatifs au profit des générations actuelles et préserver ce patrimoine immatériel, a souligné Mme El Mossalli dans une déclaration à la MAP.
La rencontre de la secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’Économie sociale avec les professionnels dominicains du secteur d’artisanat s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc en République Dominicaine, M. Zakaria El Goumiri, l’ambassadeur chargée de la coopération internationale au ministère dominicain des Affaires étrangères, Mme Angelita Garcia De Vargas, et du directeur du Centre national de l’artisanat Valentin Guerrero.
Cette visite témoigne de la volonté des deux pays de renforcer leur coopération bilatérale dans le secteur de l’artisanat en tant que patrimoine civilisationnel qui nécessite valorisation et développement, a-t-elle souligné, notant que la rencontre avec les acteurs dominicains de l’artisanat a été aussi l’occasion d’explorer les initiatives à entreprendre pour faire bénéficier les jeunes artisans dominicains des programmes de formation au Maroc.
La Secrétaire d’Etat a saisi cette opportunité pour passer en revue l’expérience marocaine en matière de la relance du secteur d’artisanat, comme l’un des leviers de développement socio-économique en termes de génération de revenus, de réduction de la pauvreté, de création d’emplois, de valorisation des produits locaux, ainsi que le rôle de la formation et la qualification dans les métiers de l’artisanat pour la conservation de ce patrimoine immatériel.
Mme El Mossalli avait eu, dans le cadre de son séjour en République Dominicaine, des entretiens avec des responsables dominicains, axés sur les moyens de renforcer les relations bilatérales et de consolider la coopération dans les domaines de l’artisanat et de l’économie sociale.

Entretiens maroco-dominicains sur le renforcement de la coopération bilatérale dans les domaines de l’artisanat et de l’économie sociale

La secrétaire d’Etat chargée de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Mme Jamila El Mossalli a eu, Mardi)28/08/2018 ( à Saint-Domingue, des entretiens avec des responsables dominicains, axés sur les moyens de renforcer les relations bilatérales et de consolider la coopération dans les domaines de l’artisanat et de l’économie sociale.
Dans ce cadre, la secrétaire d’Etat a tenu une séance de travail avec le vice-ministre des affaires étrangères chargé des affaires économiques et de la coopération internationale, Hogo Rivera, au cours de laquelle elle a présenté l’expérience marocaine dans le domaine de l’économie sociale. Lors de cette entrevue, Mme El Mossalli et M. Rivera ont passé en revue divers sujets d’intérêt commun et examiné les moyens à assurer pour consolider davantage la coopération entre les deux pays dans divers domaines.
La réunion, qui s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc en République Dominicaine, M. Zakaria El Goumiri, a été aussi l’occasion de se féliciter des efforts entrepris par les deux pays pour renforcer leur coopération bilatérale.
Par la suite, la secrétaire d’Etat chargée de l’Artisanat et de l’Economie sociale s’est entretenue avec l’ambassadeur chargée de la coopération internationale au ministère dominicain des Affaires étrangères, Mme Angelita Garcia De Vargas, des perspectives de consolidation des relations privilégiées entre les deux pays.
La responsable dominicaine a saisi cette opportunité pour faire part de la détermination de son pays à tirer profit de l’expérience marocaine dans le domaine de l’artisanat et de l’économie sociale et de raffermir les liens de coopération bilatérale.